Poème

Août

Quadraginta… 

Écoute…
Écoute le vent qui joue dans les feuilles gonflées de sève ;
Ressens sa tiède caresse.
Regarde…
Regarde ce vert, fort et sombre,
Non plus celui, vif et fragile, du printemps.

Écoute…
Écoute le chant des grillons, battements de vie, plénitude…
Ressens ton propre cœur en rythme qui te murmure que tu fais partie de ce tout.
Regarde…
Regarde ce blé muri sous l’étreinte du soleil,
Aux reflets d’or cuivré de ton aura.

Les rayons sont remplis de miel,
Les figuiers portent fièrement leurs fruits dans leur force immobile,
Les nichées explorent le monde hors des terriers.


Août, moitié d’année…
Août, une fin d’été ;
Mais l’automne n’est pas encore là.

C’est le triomphe de Lug, sa harpe à la main :
Le temps de l’échange, de l’art et de la beauté ;
La saison des récoltes, de la nature à son apogée.

Aout 2011

J’avais écrit à l’époque ce poème pour les 40 ans d’une personne que j’apprécie beaucoup… mais je n’ai jamais osé lui faire lire… ^^ Si par hasard il parcourt ce blog, il se reconnaîtra ^^
En le relisant je ne peux m’empêcher de sourire en pensant à du mauvais Keats dans mes envolées lyriques ^^ milles excuses au maître ^^

Leave a Reply

Your email address will not be published.